16.02.07

5. Le baiser de la mort qui tue

J1bonjour

Oooh, mais c’est qu’elle s’est pas fichue de lui, la Denise. C’est vraiment un beau petit lot qui se ramasse de la pelle. Aldon Juan en a les yeux exorbités.
- Mademoiselle, c’est le ciel qui vous envoie.
- Je sais pas si c’est le ciel, mais je tombe de haut. Qu’est ce que je suis censée faire ici ? demande Sophie Stikais. Vous pouvez m’expliquer ?
- Ah-mais… Denise vous a pas dit ? Denise, tu lui as pas dit ?!
- Dis-donc, Aldon Juan, se défend Denise. T’as payé pour un blind date, pas pour que je me coltine les travaux d’approche à ta place.
- Sympa Denise, je m’en souviendrai ! promet Aldon.

J1cabine

Mon don Juan est intimidé. Si-si, il est intimidé ! Elle fait si jeune la petite, que pour un peu on le prendrait pour son père, voire… nan, pas son grand-père quand même !
Encore que…
- Qu’est ce qui te ferait plaisir Sophie ? Commande et j’obéirai.
- Mmmm, qu’est ce qui pourrait bien me faire plaisir, à part retourner d’où je viens ? Prendre une photo, peut-être ?
Sitôt dit sitôt fait. Un peu trop tôt pour songer au crac-crac quand même. Pendant qu’Aldon s’extasie sur le portrait :
- Rha, dis-donc, ça me va pas mal le béret, tu trouves pas ?

J1decu

Sophie se demande ce qu’elle est venue faire dans cette galère. Elle a pas payé 10 000 simflouzes pour rencontrer ce vieux-beau, elle ! Surtout que ça a l’air bourré de jeunes-beaux, dans cette boite. Elle cherche une déconvenue :
- Bon, c’est pas que je m’ennuie, mais je suis pas très en forme. C’était pas mal pour un blind-date. On pourrait se revoir, si tu veux ?
Et ,je veux, qu’il veut !  Il n’a pas tellement l’impression d’en avoir eu pour son argent.
Et moi non plus.

J1jour

Il a bien fait de garder ses lunettes de soleil, quand il sort de chez Crypto, il fait un soleil d’enfer.
- Ah-mais… j’ai peut-être encore le temps d’inviter Erwan, ma pompière ?
C’est à moi qu’il pose la question ?
- Oooh, Aldon Juan, j’ai failli pas te reconnaître. Fais-voir un peu comme tu es beau.

J1peu

BEAU ?! Elle a dit beau, j’ai pas rêvé ? Pour un peu, je l’embrasserais.
Mais je préfère laisser faire Aldon.

J1regardez

Regardez s’il est fier de lui. Il a vraiment mis dans le mille. Et à l’aveuglette, en plus. La pompière se consume lentement sous son regard de braise.
Un peu trop lentement pour mon goût.
Hé, Aldon Juan ! Faudrait voir à mettre le turbo, t’as pas toute la nuit devant toi.Comme toujours, mes désirs sont des ordres.
Et un baiser langoureux de la mort qui tue, un !
Et un point de plus pour mon don Juan, un !
Score : 83,5 points
Pas de quoi pavoiser, mais quand même, depuis le temps qu’on l’attendait celui-là. (Je n'ai pas retrouvé la photo ).

J2cabine

Aaah, ça fait du bien de renouer avec le succès, hein, le don Juan ?
Ton fan club est toujours là pour t’applaudir. On peut dire qu’il aura été patient.
Et quatre points de plus, ta cote remonte.
Score : 87,5 points

J2cabinebis

Dopé par ce succès, Aldon Juan ne fait ni une, ni deux.
Il emmène Erwan au coin des boutiques et lui déballe la sienne.
Score : 88,5 points

J2monte

Mais-non, mais non, Aldon, t’es pas tombé amoureux fou, tu t’égares là.
Le succès te monte à la tête.
Mais ces cœurs transpercés me laissent à penser que…

J2voiture

Hé-oui, bien vu !
Score : 89,5 points.

J3_croiser

Il y avait longtemps qu’Aldon Juan n’avait pas été aussi heureux. Après un dernier baiser enflammé à Erwan, il rentre chez lui, rassuré sur sa séduction : C’était une histoire de béret. A quoi ça tient, quand même !
Rentrant chez lui à toute berzingue pour annoncer la bonne nouvelle à sa fille, il manque d’écraser Mickaël Ferrand, le policier recyclé qui a épousé la charmante Carmen Muller dans
mon défi génétique. Je vous dis pas la tête de la descendance. Mais c’est trop tard, le mal est fait. Il fallait l’écraser AVANT.

J3Jehanne

Mais que voit-il de ses yeux qui n’y croient pas ? Tandis que la bonne manque de se ramasser une gamelle avec le spot lumineux dans le passage : Jehanne en grande conversation avec son ennemie Magali.
-  Jehanne, tu voudrais pas devenir mon amie ?
- Tu veux qu’on soit amies, Magali, qu’est ce qui te prend ? s’étonne Jehanne. Tu trouves plus que j’ai mauvais genre ?
- Hanan, t’as le genre qui plait aux mecs. J’aimerais bien que tu me donnes des tuyaux.

J3massage

- Tu veux des tuyaux, Magali ? Si c’est que ça… Tu vois, tu commences par un petit massage...
- Mais ! Faut pas lui donner tes tuyaux, Jehanne, s’interpose Aldon. Des tuyaux comme ça, ça se partage pas, c’est des secrets de famille, voyons !
Depuis qu’il s’est avisé que sa fille avait du potentiel, il se prend pour Johnny Stark avec Mireille Matthieu : Il a décidé d’être son coach.

J3papa

Sauf que Mireille et Jehanne, ça fait deux.
- T’es gentil papa, tu te mêles de ce qui te regarde. Quand j’aurai besoin de conseils, je t’appellerai. En attendant, je sais ce que je fais.
- Tu sais ce que tu fais, tu sais ce que tu fais… j’en suis pas convaincu, tu vois, bougonne Aldon.

J3savoir

Ben moi, je serais d’avis de la laisser faire.
Score de Jehanne : 14 points.

J4chouchou

Ah, l’autre pignard, maintenant. Qu’est ce qu’il lui veut à sa mère ?
- Maman, y a Romain, il fait que de dire que je suis le chouchou de papa. Il m’énerve.

J4chouchouM

- Meuh-nan, t’es pas le chouchou de papa, mon chéri. T’es le petit chouchou à ta maman.
Faut dire que s’il se bougeait les fesses du canapé où il joue avec sa console pour venir embrasser sa mère, l’autre Romain, il serait peut-être le chouchou de quelqu’un.

J3Heidi

Ah-mais nan, il ne joue pas avec sa console : Il a ramené une camarade de classe : Heidi Krétine. Ils deviennent inséparables ces deux-là.
Qu’est ce qu’il lui raconte à la petite Krétine ?
- Alors, tu vois, je vais faire du sport et je deviendrai fort comme un éléphant. Comme ça, quand je me bagarrerai avec mon frère, je serai sûr de gagner.

J4heidibis

Heïdi lui répond que c’est pas beau de se bagarrer avec son frère. Elle, elle se bagarre jamais avec les siens, elle. C’est que les animaux qui se battent. Comme son chien, tiens !
Plus crétin que mes Krétins, faut le faire !

Pendant ce temps, Jehanne a reçu un appel d’un inconnu.
- Salut, je suis un pote à Georges. Il m’a dit que vous vous étiez vraiment bien éclatés l’autre soir. Ca te dirait de sortir en ville avec moi ?
Ca la tente bien, mais elle se méfie des inconnus. Elle prend ses précautions.
- Heu… je veux bien, je peux venir avec une copine ?

Posté par fonsine à 10:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 5. Le baiser de la mort qui tue

    Et voila le pere et la fille qui font voler des coeurs chez les sims/simettes, me défi est de plus en plus interessant et j'ai hate d'avoir une nouvelle MaJ

    Simsfolip

    Posté par simsfolip, 21.05.07 à 19:39 | | Répondre
Nouveau commentaire