02.05.06

F/2. Boire un petit coup, c'est lamentable !

a1_aldon

Aldon Juan n'en était pas encore revenu : des phénomènes étranges s'étaient produits à Simcity durant une nuit de pleine lune qui semblait ne jamais devoir finir. Au lever du jour, il en constatait le résultat dans le miroir, avec une grande amertume : Il avait du mal à se reconnaître en ce vieillard miteux dont le regard magnétique s'était fait la malle enveloppé dans sa panoplie de crooner-croulant.

a1_dieu

-C'est pas dieu possible ! C'est pas dieu possible ! répétait-il inlassablement, comme pour bien s'en persuader, jusqu'à ce que les cris perçants de Jehanne viennent l'arracher à sa contemplation
-PAPA ! PAPA ! mes yeux sont tout pâles ! Je me reconnais plus, j'ai peur !

a1_explique

Elle disait vrai : Ces yeux si particuliers qu'elle tenait de lui -et qui lui rappelaient chaque fois, qu'hélas, il ne pouvait pas la renier celle-là- avaient subi la même transformation génétique inexplicable, passant du vert expressif au marron lavasse éteint. Maintenant, la petite le regardait d'un air incrédule
-Oh, papa, toi aussi, tes yeux... tes yeux ! ils sont tout drôles ! Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce qui nous est arrivé ?
Si seulement je le savais, songea Aldon. Depuis le temps qu'il prédisait qu'avec toutes les cochonneries qu'ILS balançaient dans l'atmosphère, il y aurait forcément des retombées un jour. Ah, tout n'est pas rose dans le progrès !

a1_meme

Il se voulut rassurant
-Bon, ne t'en fais pas, tu es bien toujours la même, il n'y a pas à s'y tromper.
Si seulement, elle disait vrai. Si ça avait pu l'arranger un peu... mais non, toujours le même gros nez qui lui prend toute la figure, songeait-il en la dévisageant sans complaisance.
-Tu en es sûr ? Tu es sûr qu'on va me reconnaître ? demanda Jehanne
-Sûr et certain ! coupa Aldon. Elle commençait à lui plaîre à lui prendre la tête de bon matin. Comme s'il n'avait pas d'autres préoccupations.

a1_sitot

Jehanne appela sa nouvelle amie, Chloé Lendro. Elle avait cessé de piquer des colères chaque fois qu'Aldon ramenait une conquête à la maison depuis qu'elle avait trouvé une oreille complaisante pour y déverser toutes ses misères. Après lui avoir raconté son incroyable histoire d'yeux qui avaient changé de couleur, elle lui confia qu'elle ne se marierait jamais, parce que les hommes... y avait rien de bon à en attendre.
-M-mais...  comment tu feras si tu veux des enfants ? avait demandé Chloé
-Je me débrouillerai
-Tu te débrouilleras comment ? Si tu veux des enfants, tu ne pourras pas faire autrement que de te marier., l'informa Chloé. Il y avait belle lurette qu'elle ne croyait plus aux histoires de roses, de choux et de cigogne.
-Ben, si je dois absolument me marier... je me marierai, mais en tous cas, je ne ferai pas comme maman. Mon mari à moi, si jamais il a des poules, je le jetterai dehors. On sentait chez cette gamine fermenter le levain du féminisme.

a2_karelle

-Moi, j'ai intérêt à vérifier que mon sex-appeal n'en a pas pris un coup dans l'aile, et vite ! se dit Aldon. Tiens-donc, Karelle, cette bonne vieille Karelle, voilà le cobbaye idéal pour mon test.

a2_lacher

-Karelle, laissez-donc tomber les bébés pour une fois, nous avons des choses à nous dire, ordonna-t-il
-M-mais, monsieur Aldon, je ne peux pas, je risque ma place. Des jumeaux, ce n'est pas rien !  Dès qu'on croit en avoir fini avec un, c'est l'autre qui se met à piailler, protesta Karelle
-Ne vous en faites pas, je vais appeler une autre nounou, et nous pourrons discuter tranquillement. Vous vous souvenez de notre baiser dans le bain à remous ?
-Oh, monsieur Aaaldon, comment pourrais-je avoir oublié ? C'était le plus beau jour de ma vie.
-Hé-bien, Karelle, il ne tient qu'à vous de remettre ça, dit-il en l'empoignant pour lui en faire la démonstration -un bon baiser valant mieux qu'un mauvais discours. ... Et ce n'est qu'un hors-d'oeuvre, lse promit-il.

a2_voila

-Et voilà ! J'ai demandé une remplaçante, la maison est à nous, ma toute belle, annonça-t-il, tout fier de lui, en raccrochant le téléphone. Ca marchait comme sur des roulettes ! Karelle ne semblait pas rebutée par son nouveau look, elle n'y avait même pas fait allusion. Peut-être qu'elle avait besoin de lunettes, peut-être qu'elle ne pensait pas pouvoir retrouver pareille occasion, peut-être qu'elle était tout simplement polie, en tous cas, elle ne le repoussa pas lorsqu'il lui prit le menton en lui sussurant
-Si vous veniez vous détendre avec moi sur le lit ? Nous serions plus à l'aise pour discuter.

a3_detendre

Les choses se présentaient au mieux. A peine sur le lit, en fait de discuter, Aldon Juan se mit à la câliner en lui débitant des mots doux au kilomètre
-Ah, Karelle ! Comment ai-je pu vous ignorer si longtemps ? J'aurais dû tout de suite me rendre compte que nous étions faits l'un pour l'autre. Depuis hier, je n'ai cessé de penser à vous, à votre maillot de bain si sexy, au doux frottement de vos baskets. Croiriez-vous que cette nuit, j'ai cru l'entendre s'approcher de moi. J'ai ouvert un oeil, espérant vous trouver dans ma chambre, et non, ce n'était qu'un rêve ! Un rêve si doux, qui ne demande qu'à prendre corps aujourd'hui...
-OooOooh monsieur AaaAaaldon ! répondit Karelle, la voix toute tremblottante d'émotion. Monsieur AaaAaaldon, vous me troublez, vous m'étourdissez, vous me faites perdre la tête,

a3_niet

-YYYYYES ! C'est gagné, c'est dans la poche ! se dit Aldon, s'apprêtant à lui sauter dessus sauvagement. Mais il atterrit sur le lit que Karelle venait de quitter. Elle se tenait debout à côté.
-Beu-ben ! Qu'est-ce qui vous prend, Karelle ? Vous ne voulez pas me faire plaisir ?
-Je ne PEUX pas ! Je ne PEUX pas ! Je suis confuse, si confuse... j'ai honte. Oh, j'ai hoooonte !
-Allons-allons, y a pas de quoi voyons ! Qu'est-ce qui vous gêne ? Marilène ? Elle s'en fiche pas mal. Jehanne ? Je lui expliquerai. Ce n'est tout de même pas que je vous fais peur ?! Je croyais avoir compris que les aventures, n'étaient pas faites pour vous déplaîre. Il leva les yeux au ciel. Ah, les bonnes femmes !

a3_pipi

-JAI ENVIE DE FAIRE PIPIIII ! hurla Karelle, sautant d'un pied sur l'autre, les deux mains plaquées sur la vessie  .
-Damned ! Je suis maudit ! songea Aldon. Il commençait sérieusement à regretter d'avoir usé un jour de congé pour aboutir à ce fiasco.
-Je peux y aller ?! implora Karelle
-MAIS OUI, vous pouvez y aller ! On n'est pas des sauvages !
-Oooh merci, monsieur Aldon, toujours cette voix énamourée qui, à présent lui tapait sur le système. Aldon préféra quitter la chambre.

a3_rempla_ante

Pendant ce temps là, la remplaçante s'occupait des béb... du bar. Erika était polonaise. Et il ne faut pas croire ce qu'on raconte : les Polonais ne sont pas tous saouls. Mais Erika, oui ! Dès qu'elle avait pris son service, elle n'avait pas cessé de faire la navette entre la chambre des jumeaux et le bar de l'entrée... Ah-non, je mens ! Une fois, elle avait fait un détour par la plantation de simflouzes et elle avait fait sa récolte. La perle dans toute sa splendeur !

a4_arrive

-MAMAN, MAMAN ! Y a papa qui est au lit avec Karelle ! s'empressa d'aller moucharder Jehanne dès que Marilène mit le nez hors de la voiture -avec chauffeur, s'il vous plait- que mettait à sa disposition le laboratoire de Bertrand. Elle avait guetté l'arrivée de sa mère avec une grande impatience, priant le ciel qu'elle soit rentrée pour assister à la finale.

a4_decue

C'est vous dire qu'elle ne fut pas qu'un peu déçue par la réaction de Marilène
-Avec Karelle ! Mais... alors, qui s'occupe des bébés ?
-Ben, la nouvelle nounou ! Erika jesépukoi-en-ski,
-Ah-bon, tu me rassures !
Quoi ! C'était tout ! Pas de cris, pas de larmes, pas de " Tu me le payeras Aldon Juan ! ". Pas de scène de ménage qui lui aurait rentré sa crête dans le bec, au coq du village. Ah-ça, quand elle serait grande, il n'était pas né le mari qui lui ferait ce coup là. Elle se jura que "quand elle serait grande" les hommes, elle leur ferait subir tout ce que sa mère subissait aujourd'hui. Si sa mère était trop faible pour se défendre, elle chausserait son armure et partirait, elle Jehanne, en croisade contre la gent masculine.

a4_embrasse

Marilène entra au bon moment : celui où Aldon embrassait Karelle langoureusement pour lui prouver qu'il n'était pas rancunier, d'une part, et avec le petit espoir de reprendre là où ils en étaient restés avant... ben avant les fuites.
Erika, s'empressa d'aller camoufler les bouteilles de vodka vides, et ce faisant, elle déglingua le vide ordure qui se mit à sentir le cramé tandis qu'une fumée âcre s'en échappait par tous les bords.
Score : 73,75 points

a5_decoller

Suivant son principe : "Pourquoi se priver ? " Aldon Juan continuait à embrasser une Karelle en pâmoison, qui n'avait même pas remarqué que Marilène était rentrée. C'était donc vrai, qu'une paire de bonnes grosses lunettes lui aurait été bien utile.
-Aldon ! ALDON JE TE PARLE ! s'écria Marilène, trouvant que la plaisanterie avait assez duré
-Mmmm, smack, quoi ? !... mmmm, smack, grommela Aldon
-Les bébés ! Romain et Rémy. T'entends pas qu'ils sont réveillés ? Tu te figures quand même pas que je vais m'en occuper toute seule !  Lâche Karelle et viens avec moi. Au fait, Karelle, vous êtes virée, lança-t-elle dans la foulée.
-Mmmmm... Erika... pas besoin de moi, tenta Aldon.
Ca ne coûte rien d'essayer !

a5_erika

-Ouu-hic ! On m'a appellée ? Erika, qui s'en jetait un petit dernier pour fêter la fin de son service, apparut en ondulant dans le couloir. Elle s'esclaffa : -Hi-hi-hi ! Ce que c'est drôle, on se croirait à la télé quand les amoureux s'embrassent et que ça n'en finit pas. At-te-tendez, je vais mettre de la musique pour que ça fasse plus cinéma !

a5_saoule

Marilène éclata
-Mais vous êtes... saoûle, ma parole ! ALDON ! ELLE EST COMPLETEMENT SAOÛLE ! !  Karelle, fichez-moi le camp, je ne veux plus vous voir ! ET VOUS NON PLUS ! ajouta-t-elle à l'intention d'Erika. Si elle acceptait d'avaler toutes les couleuvres quand il s'agissait d'elle, Marilène agissait en louve pour défendre ses enfants. Il fallait être complètement malade pour laisser ses précieux bébés sous la surveillance d'une ivrogne.

a6_bebe

Marilène, s'était précipitée dans la chambre. Ouf, Dieu merci, les bébés allaient bien ! Elle attrapa Rémy et le mit dans les bras d'Aldon tandis qu'elle allait préparer le biberon pour Romain
-Qu'est-ce qu'elle veut que je fasse de ça ? se dit Aldon, retenant un haut-le-coeur à l'odeur qui se répandait. Il n'eut pas à s'interroger bien longtemps
-Va le changer, et après, tu lui donneras son biberon, ordonna Marilène, sur un ton qui ne souffrait aucune contestation.

a6_inviter

Une heure après, sous le prétexte d'avoir à remonter sa garde-robe, Aldon Juan avait sauté dans sa voiture. Il appela Karelle -Allo, Karelle ! Venez donc, me rejoindre au bazar rapidos, je vous promets que ça vaudra le déplacement.
-Oooh, monsieur Aldon ! Que ne suis-je superwoman pour pouvoir vous rejoindre plus vite, répondit-elle.
Ah, tout de même ! Si la journée était passée trop vite, ils auraient la nuit devant eux. Aldon Juan commençait à trouver qu'il avait perdu assez de temps avec une nounou mal fagottée pour un malheureux petit point. Il se fit une promesse
-Si le cousin Pierrot a vent de l'affaire, il n'a pas fini de rigoler, mais... rira bien qui rira le dernier. Foi d'Aldon Juan, je concluerai ce soir, et plutôt deux fois qu'une !

Posté par fonsine à 11:43 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur F/2. Boire un petit coup, c'est lamentable !

    Quelle joie... Aldon m'avait tant manqué (oups ne serais-je pas l'une de ses victimes )

    Bravo pour cette mise à jour, cette bonne humeur.. TOUT QUOI

    Posté par farfasims, 02.05.06 à 13:14 | | Répondre
  • Alors comme ça Jehanne va partir en croisade contre la gent masculine? Elle me rappelle quelqu'un cette petite

    très bonne MAJ... Tu n'as pas réussi à récupérer les yeux d'Aldon? C'est dû à quoi ce bug?

    Vivement la suite!

    aline

    Posté par Aline, 02.05.06 à 18:57 | | Répondre
  • J'ai l'impression que tu vas continuer le défi avec Jehanne, moi ! Je me trompe ?

    Posté par Feanora, 02.05.06 à 23:46 | | Répondre
  • Pour les yeux d'Aldon, Aline, il faut que je retrouve le site où je les avais téléchargés. Jehanne a pris des leçons auprès de ta Cat Minou.

    Bien vu, Feanora, j'essayerai de faire un challenge ado avec Jehanne, mais elle est vraiment moche, ça m'ennuie. Enfin, la beauté ne fait pas tout dans une vie de Sim, (n'est-ce pas Aurélien ?)

    Posté par fonsine, 03.05.06 à 10:32 | | Répondre
  • Si ce n'est que ça... (pour les yeux), ce n'est pas bien grâve! Et Cat veut bien donner des leçons particulières à Jehanne, pas de problème! Et effectivement la beauté n'est pas tout... Il suffit de bien s'arranger (Et de ne pas prendre de photo en gros plan )

    Aline

    Posté par Aline, 03.05.06 à 13:15 | | Répondre
  • Le retour !

    Qu'est-ce que j'ai encore ri et souri en lisant cette mise à jour !
    Contente que les bugs t'aient un peu laissée en paix (si ce ne sont les yeux de Jehanne à récupérer !

    Bonne idée que de refaire un challenge avec Jehanne, qui aura pris des leçons auprès de cat !

    De bons moments en perspective donc !

    Merci Fonsine

    Posté par AnneB, 03.05.06 à 17:01 | | Répondre
  • Quand Aldon sera mort (le plus tard possible) j'aurai hate de voir Jehanne a l'oeuvre.
    Si tu penses qu'elle n'est pas très belle fais en une autre avec même nom et même coiffure/habits.
    Tu pourrais dire que c'est bien elle sauf si tu tiens a l'arbre généalogique.

    Posté par simsfolip, 03.05.06 à 20:40 | | Répondre
  • Tu trouves Jehanne moche? Et encore, ce n'est rien comparé à Maria Santa! J'ai l'impression de voir la chanteuse Lorie en rousse (bon d'accord, les références sont ridicules...) et désolée s'il y a des fans...

    Posté par liloomiah, 07.05.06 à 19:09 | | Répondre
  • Liloomiah, mon mari est fan de lorie au moins, elle n'a pas un gros nez.

    Posté par fonsine, 08.05.06 à 16:36 | | Répondre
Nouveau commentaire